La luminothérapie

 

Lorsqu'arrive la mi-septembre un phénomène de déprime s’empare de moi périodiquement jusqu’au printemps.  L'automne. il commence à faire plus froid dehors, les fleurs commencent à dépérir, les journées raccourcissent, le ciel est plus gris et les pluies plus abondances.  Avant de découvrir la luminothérapie, je me refermais davantage et je débutais alors un genre de cycle d’hibernation sans trop m'en rendre compte:  Je grignotais davantage d’une manière compulsive à tendance sucré ou gras,  je prennais du poids,  je souffrais de plus en plus d’insomnie et je m'endormais le jour,  je me sentais seule et déprimée et je manquais souvent d’énergie.   

Qu'est-ce que la luminothérapie?

Elle s’applique surtout aux troubles associés au dérèglement des rythmes biologiques, dont le plus connu est la dépression saisonnière

·       Contribue au traitement de la dépression

 

·       Facilite le sommeil (insomnie, éveil matinal précoce).

 

·       Réduit les problèmes liés au décalage horaire (voyages en avion et horaires de nuit).

 

·       Réduit les symptômes dépressifs relatifs au syndrome prémenstruel.

 

·       Réduit les crises de boulimie associées à l’influence des saisons.

 

Pour bénéficier de la luminothérapie, on doit s'exposer quotidiennement à une lumière à spectre et intensité définis. L’intensité lumineuse doit être supérieure à 2 000 lux afin d’agir efficacement. À titre de comparaison, la luminosité d’un bureau bien éclairé est de 300 à 500 lux et celle d’une journée pleinement ensoleillée peut dépasser 100 000 lux. Le standard cliniquement recommandé et reconnu est une exposition lumineuse de 10 000 lux, à la hauteur des yeux, durant 30 minutes chaque jour.

Pour en connaître davantage: cliquez ici